2016, une année de running mais pas seulement. Mes 3 leçons

2016, c’est pour moi l’année d’un changement en profondeur. Sur le plan sportif d’abord. Grâce aux entraînements, j’ai indéniablement progressé à tous les niveaux. Bon, je ne serai jamais un grand athlète. Ça tombe bien, ce n’est pas mon objectif ;-).

Côté chiffres, mon bilan 2016 tient la route : + de 1.000 km parcourus, 10  kilos perdus en chemin, un premier trail de 32km en 4 heures… Mais là n’est pas l’essentiel.  C’est sur le plan mental que mes progrès sont les plus significatifs. Voici mes 3 grands enseignements.

#1. Mes pieds me montent à la tête. Ou c’est l’inverse ?

img_2350Je ne sais plus très bien si c’est ma tête ou mes pieds qui ont initié la dynamique. Peu importe. Au cours de cette année, j’ai réalisé que courir m’incite à prendre soin de moi en mangeant mieux, buvant moins d’alcool, dormant plus etc. Ca,c’est le premier effet Kisscool.

Conséquence, outre la perte de poids et la progression sportive, le mental emboîte le pas et se renforce en même temps que le corps. C’est le deuxième effet Kisscool. Je ressens beaucoup plus de confiance intérieure et une vision plus positive de la vie s’est installée durablement en moi (oui, c’est ce qui m’a donné l’idée du nom de ce blog). En un an, j’ai énormément gagné en détermination. C’est ma première leçon, chaque mètre couru pousse le mental à aller de l’avant.

#2. Mon corps me parle. Y a quelqu’un là-dedans ?

Ecouter son corps. Jusqu’il y a peu, l’expression me faisait sourire. Au cours des derniers mois, j’en ai compris l’importance. Pour résumer, on pourrait dire qu’il faut être (très) dur vis-à-vis les petits bobos et écouter ceux qui persistent. Les petites douleurs par ci par là finissent souvent par disparaître, il faut être fort. Par contre, il faut être intraitable avec les signes anormaux envoyés par le corps : grosse fatigue, démotivation, douleur persistante… Dans ce cas, ne surtout pas forcer et se donner du temps.

Le corps est une mécanique très sensible qu’il n’est pas facile de régler pour un sport aussi exigeant que la course à pied. J’ai progressé mais je sais que j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour détecter les signaux qu’il m’envoie et réagir de manière appropriée. Le travail d’une vie de sportif me dit-on…

#3. Mon objectif, ma montagne

La motivation est clé pour le running. Très exigeant pour le corps, il demande beaucoup

img_5482
Mes plans d’entraînement 2016

de travail (parfois ingrat) pour atteindre l’objectif que l’on s’est fixé. L’objectif, justement. C’est lui qui me tire et me pousse en même temps. Il est capable de me faire courir sous la pluie à 5h30 du matin ou nager 80 longueurs avec le sourire. A chaque fois que c’est difficile, je me le remets en tête et ça repart. Magique!

Mon objectif est très simple et en même temps très puissant. Pour que ça marche, il faut donc se fixer un vrai objectif personnel. Un de ceux qui fait vraiment rêver.

Conséquence, la combinaison mental fort et objectif motivant me pousse à déplacer des montagnes. Et peu importe que mes montagnes soient jugées petites ou grandes, ce sont les miennes et je les mets où je veux ;-).

Et vous quelles sont vos montagnes?

Je vous souhaite de très belles fêtes!

Jean-Pascal

banner-suivez-pn

8 commentaires

  1. Salut. Un ami commun, Luc Frznkignoble, m’à invité à aller voir ton blog. Bravo. Je suis un peu dans le même cheminement, depuis maintenant 3 ans. Plus sur route (marathons) que trail car j’ai une cheville fragile post accident.
    Je me retrouve bien dans ce que tu parages. Petite différence : j’ai ajouté le jogging à ma vie, de façon sérieuse (3-4 sorties semaine) mais sans changer le reste (vie sociale et bibitive ; -)). Et miracle : ça marche bien aussi, essaie 😉 Faut juste adapter les types de sorties en fonction des sorties, si tu vois ce que je veux dire.
    Au plaisir de se croiser sur une course (belle hivernoise, tu n’y étais pas hier?) Ou chez Luc, mais il risque de nous en vouloir parler fractionnés et VMA toute la soirée 🙂
    Sportie ment, Alain Vaessen

    Aimé par 1 personne

  2. En me relisant, je découvre que j’ai fait des fautes de frappe car à partir d’un smartphone. Désolé.
    Je vais continuer à suivre tes expériences.
    Dernière chose : trail de nuit à Virton le 6 janvier, 31km. J’y serai 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, Alain. Mes genoux supportent mal la route et j’adore courir dans la nature, d’où ma passion pour le Trail. Au plaisir. Oui, chez Luc, on pourrait s’inviter ;-)!

      J'aime

  3. Bonjour Jean-Pascal,

    Bravo pour ce cheminement et ces tres justes enseignements. Tu peux être fier du chemin parcouru en un an. Ce n’est que du bonheur même durant les petits moments de blessure. Continue comme et cela et je te souhaite de réussir tes prochains défis.

    Frederik

    Aimé par 1 personne

  4. Toujours chouettes tes articles, très positifs ! Ça fait du bien. Un peu dans le creux de la vague fin décembre, mais de nouveaux objectifs très sympathiques pour 2017 avec notamment un trail de 22 km en décembre dans l’Aveyron. Tu as raison, ça motive les objectifs ! Je te souhaite une autre belle année de sport en 2017.

    Aimé par 1 personne

  5. je suis une joggeuse du dimanche et je me fais des petits defis style 10km de Laeken ou 20km de BXL, qqs challenges BW. mais je ne progresse pas/plus et je suis souvent ratrrapée par une petite voix, pensée negative qui me pousserait bien à abandonner en plein effort. que faire. le lien physique mental est indissociable !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Anne-Françoise, j’observe aussi que le mental est central. Pour moi, se fixer un/des objectif(s) est central. Sans lui/eux, il est difficile de pousser la machine de la motivation pour produire les efforts nécessaire aux progrès. A mon avis, si tu ne ne progresses plus, la démotivation profonde guette. Tu as, je pense, 2 possibilités. 1. Te trouver un nouvel objectif qui te motive vraiment. Simple à dire mais parfois cela prend du temps à trouver. 2. Accepter une période de moindre motivation, voire d’arrêt. Le manque se fera vite sentir et te poussera probablmeent à vite reprendre l’entraînement et les courses. Je passe par une telle période 1x par an. Parfois, ça dure 10 jours, parfois 1 mois. Il y a sur le blog plusieurs articles sur la motivation qui pourraient peut-être t’aider. Voici le dernier mais il y en a d’autres. A bientôt. jean-pascal : https://positive-nation.net/2017/02/13/besoin-de-motivation-pour-commencer-a-bouger-voici-le-secret/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s