2017, une année d’accélération. Et tout devient possible…

La période hivernale et le changement d’année invitent à regarder dans le rétro et à préparer l’année suivante. Loin des bonnes résolutions, auxquelles je ne crois nullement, j’ai fixé mes objectifs pour 2018 sur base de mes progrès et envies. 

Version 4

Oser oser

C’est la question que je me posais l’année dernière à cette période. Allais-je oser me lancer le défi d’une course un peu folle. Affronter 42km de course en montage sur la Maxi-Race alors que je n’avais jamais couru ni cette distance et ni en montagne. Le défi était osé. J’ai réussi à maintenir ma motivation lors des 6 mois de préparation intensive et à franchir la ligne d’arrivée. C’est peut-être le plus beau cadeau que je me suis fait de toute ma vie. Décider, agir et réussir. J’ai adoré et j’en ai retiré énormément d’effets positifs. Désormais, je sais que je peux oser oser.

Progrès physiques mais pas que…

La décision de participer à cette course a structuré toute mon année sportive et mon hygiène de vie. Je me suis entraîné dur pendant les 5 premiers mois de l’année et j’ai adapté mon alimentation pour atteindre mon poids sportif optimal (un pur bonheur!). Résultat, des progrès physiques incroyables. En bonus, j’ai aussi gagné en confiance. Se lancer un défi, s’y préparer et le réaliser a clairement un impact sur le mental. C’est comme si le cerveau avait pris confiance en sa capacité à progresser, à être meilleur au fil du temps et donc à se sentir plus fort. Aujourd’hui, la confiance est là. Pour continuer à travailler le physique et devenir encore plus fort mentalement.

Toujours plus proche de la nature

Courir en nature, c’est forcément s’en rapprocher et vouloir la protéger. Pour compléter ma démarche, cette année, j’ai opté pour une alimentation 100% bio et sans viande et nous avons introduit le zéro déchet dans la famille. Il y a encore du travail pour avoir un impact environnemental minimal mais j’y travaille et en retire beaucoup de satisfaction personnelle.

courses-zero-dechet

Objectif n°1: progression durable

C’est mon grand enseignement de ces dernières années. Courir, maigrir, s’alimenter sainement c’est bien. Sur la longueur c’est beaucoup mieux. Pour rester dans cette dynamique positive dans le temps, il faut viser la progressivité. C’est une ligne de conduite que je m’impose. Je vise toujours plus haut tout en veillant à ne pas brûler les étapes et à bien écouter mon corps. J’applique mon credo « Plus fort qu’hier » au quotidien mais pas à n’importe quel prix.

90km en montagne pour mes 5 ans de reprise en main

En juillet prochain, cela fera 5 années que j’ai commencé à courir et à reprendre ma santé en main. Pour célébrer cet anniversaire, je me suis fixé un objectif assez costaud: le 90km du marathon du Mont Blanc (fin juin 2018). Un petite ballade en montagne pour (futur) retraités… La préparation a débuté il y a 2 mois et s’étendra jusque fin juin. Depuis que j’ai obtenu le dossard, j’ai retrouvé une motivation en béton.

pierre_raphoz_marathon_80_km-67-96a1d7dbc2

Aujourd’hui, je suis confiant en ma capacité à continuer à progresser sur tous les plans: course, force mentale, alimentation et hygiène de vie de manière générale. La confiance continue à me pousser loin. Très loin. En 2018, ce sera sur le Mont Blanc. Pour la suite, j’ai encore plein de rêves en tête mais j’avance progressivement ;-).

Et vous, avez-vous déjà fait votre bilan 2017?
Avez-vous osé?
Vos progrès physiques sont-ils à la hauteur de vos attentes?
Vous sentez-vous plus proche de la nature?
Avez-vous pensé à vous fixer un objectif majeur pour 2018?

Pourquoi courir booste l’estime de soi?

Au-delà des bienfaits physiques, le sport en général, et le running en particulier, est un véritable booster mental qui peut influencer votre vision du monde et manière de vivre. Voici pourquoi et comment.

Je cours donc j’existe

Vous l’avez probablement déjà remarqué, quand quelqu’un court, cela se sait. Ce sport a la réputation d’être facile d’accès et en même temps sa pratique semble ardue voire inaccessible pour beaucoup. En général, les non coureurs n’y comprennent rien et trouvent ça bien au-delà de leurs forces (on entend souvent « moi, je ne pourrais jamais »)).  Le coureur suscite donc à la fois d’incompréhension mais aussi  un peu d’admiration et parfois même du respect (on entend parfois « quel courage tu as »).IMG_1025

Etre runner, c’est  donc avoir une sorte étiquette, posséder un label distinctif. C’est appartenir à une secte dont seuls les adeptes comprennent l’intérêt et y trouvent de la motivation. Le coureur possède une sorte de signe identitaire qui le rend un peu « unique ». Conséquence, il existe!  Plus on augmente la difficulté ou les distances plus l’identité est forte.

Se dépasser (un peu ou beaucoup)

Courir, c’est aussi apprendre à fournir des efforts. Seul! Voilà ce qui fait la grande particularité de ce sport. On fixe ses objectifs, on s’entraîne, on progresse, on fait des efforts, on se dépasse. Même si on s’entraîne en groupe, on est seul.

IMG_1348.jpg

Seul face à soi-même. Vouloir progresser en running, c’est apprendre à s’imposer une certaine rigueur d’entraînement et d’hygiène de vie et aimer fournir des efforts.

Progressivement, le cerveau enregistre les progrès et le travail de dépassement de soi
devient une habitude, une norme. Le mental s’habitue a être confronté à des défis et à les réaliser. Au fil du temps, ce processus stimule la confiance (« si j’ai réussi à courir 10km, pourquoi je ne parviendrais pas à en courir 15 ») et invite à poursuivre les progrès pour se dépasser, encore et encore. Cela devient assez vite un cercle vertueux.

Sentiment de fierté

Résultat des courses, le fait d’avoir une particularité et d’avoir appris à se dépasser génère de la fierté. Sans tomber dans la vantardise, un sentiment de satisfaction personnelle s’installe. Plus on franchit des étapes, plus celui-ci grandit pour installer une sorte de plénitude vertueuse. Ca y est vous êtes durablement fier de vous!

sportograf-91194890.jpg

Je ne dis pas que si vous courez 5km toutes les 3 semaines, vous bénéficierez de ces effets mais si vous vous inscrivez dans une logique de progrès, l’effet bénéfique sera au rendez-vous. Le sentiment d’estime de soi sera rapidement en progrès et un cercle vertueux va s’installer rapidement.

Effet collatéral, le sentiment de confiance en soi ne va pas se limiter au sport. Au contraire, il peut irradier sur plusieurs aspects de votre vie: mental, privé, professionnel, relation de couple… A titre personnel, mes progrès sportifs (en ce compris, la perte de poids et le changement d’hygiène de vie) ont énormément stimulé la confiance en mes capacités et je le ressens à tous les niveaux de ma vie. C’est ce qui explique mon credo « Plus fort qu’hier ».

Et vous, quels effets positifs tirez-vous de vos progrès?

Découvrez ZigZ, un super resto légumes à Waterloo

Il y a un super resto Végétarien et Vegan à découvrir au coeur du Brabant Wallon, à Waterloo. Si vous êtes amateur de légumes et que l’ambiance intimiste d’un petit resto vous séduit, vous allez vous régaler chez ZigZ.

ZigZ Waterloo, c’est nouveau sans vraiment l’être. Ouvert début 2018, une nouvelle équipe est à la barre depuis quelques mois. Ces amoureux des légumes ont décidé de miser sur un concept végétarien et vegan.

Cadre simple et chaleureux

Le ton est donné dès l’entrée. La cuisine ouverte et le sourire de l’équipe annonce une ambiance conviviale. Décorée avec goût, la salle est chaleureuse et accueillante. Les quelques tables (le resto n’est pas très grand et c’est tant mieux) invitent à passer à table.

Ode aux légumes

Sans surprise les légumes sont à l’honneur à la carte et au tableau des suggestions. Du végétarien, du vegan mais pas seulement. La carte est assez riche et propose différents types de plats: soupes, assiettes de légumes, Baguels et Pittas (non, vous ne rêvez pas!) et du sucré. Le tout composé de légumes, bien sur, mais aussi de plats à la volaille. C’est pour moi, la force du concept. Végé/Vegan c’est bien mais on en fait pas un doctrine. C’est super quand toute la famille n’est pas dans le trip Végé (ce qui est notre cas ;-)).

Benoît, le patron des lieux: Je suis un puriste et ma philosophie est de redorer le blason des légumes qui, malheureusement, sont en général servis de façon assez fades. Nous, nous voulons les mettre en valeur en les travaillant avec différentes herbes et épices venues de tous les horizons.

Nous avons goûté pas mal de plats et on a été ravis. Les assiettes de  légumes sont généreuses et de saison. Je conseille de les accompagner du supplément ZigZ Veg Burger pour sublimer le tout. Les saveurs sont au RDV grâce aux légumes et à leur assaisonnement très réussi. Les Bagels et Pittas sont aussi délicieux et le choix est au rendez-vous. On a un faible pour la Pitta Poulet Grec et ses petits raisins secs ;-).

 

 

Au niveau des desserts, c’était juste le grand régal. On s’est laissé tenter par les Cheese cake, Carrot Cake (magnifique!), crumble et la mousse au chocolat vegan (oui, on est très gourmands dans la famille). Tout était vraiment très bon.

 

 

Ne cherchez pas la carte des vins, il n’y en a pas. Une seule bouteille est proposée. Un très bon vin des Pouilles (25€).

On y va ou pas?

La réponse est clairement, oui! La qualité de la nourriture vaut vraiment le détour. Si vous cherchez un endroit différent et sympa pour bien manger végétarien sans que ce soit trop compliqué, ZigZ est pour vous. Un seu regret, que la nourriture ne soit pas 100% bio.

Niveau prix, c’est vraiment acceptable. Les plats vont de 8,5 à 13€. Pour nous 5, la note s’est montée à 150€ (vin compris). Vraiment correct vu la qualité.

En clair, on y retournera (bientôt) et on vous conseille le ZigZ!

Un petit-déjeuner équilibré qui donne de l’énergie, c’est comment déjà?

C’est le repas le plus important de la journée et il est souvent négligé. Prendre un bon petit-déjeuner équilibré et riche en énergie, c’est PRI-MOR-DIAL. Explication et petites « recettes » perso.

Je n’aime pas, j’ai pas faim, un café me suffit… Quelques unes des phrases que l’on entend parfois. Perso, je ne les comprends pas tant le petit-déjeuner est un plaisir (et en plus, je meurs de faim en me levant ;)).

Importance du petit-déjeuner

Pendant la nuit, le corps digère le repas de la veille. Au réveil, l’estomac est donc vide. Il n’y a plus d’énergie à récupérer et à diffuser dans le corps. En mangeant de manière nourrissante le matin, on fait le plein d’énergie pour les heures qui viennent. Le cerveau et le corps peuvent donner le meilleur au fil des heures.

Pas de secret, donc. Il faut impérativement passer par la case petit-déjeuner!

C’est quoi un petit-déjeuner équilibré, en fait?

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous savez que je privilégie les produits maison et bio. L’industrie agro-alimentaire ne favorise pas une alimentation saine et équilibrée. Il faut donc fuir les produits comme les céréales industrielles (Kellog’s etc.), les chocos, sandwichs prêts à manger (type Pitch), pain toast, yahourts, jus de fruits etc. Tous ces produits contiennent beaucoup de sucre et sont nutritivement assez pauvres.

Le principe de base du petit-déjeuner est simple. Il doit être varié et complexe (au sens nutritif du terme) c’est à dire être composé de protéines, glucides, lipides, fibres et vitamines (ben oui, on a dit « complexe »).

Je vous entends déjà. OK! Bon, et on mange quoi alors?

IMG_3231 (1)

Votre petit-dej en 1, 2, 3!

Le gros avantage du petit-déjeuner est qu’il est hyper simple à préparer. En général, il n’y a rien à cuisiner. On va donc associer des aliments et faisant en sorte de les choisir correctement (oui, le Nutella reste dans l’armoire!).

Voici comment votre petit déjeuner devrait se structurer. Je ne donne pas de quantités car elles sont propres à chacun (en fonction du sexe, l’âge, la taille, l’activité physique etc).

Boissons:

  • Que votre nuit ait été agitée ou pas, vous avez beaucoup transpiré (on perd de 1/2 à 1L/nuit selon les personnes). Il faut donc boire. Oui, de l’eau!
  • Un verre de lait végétal;
  • Un café ou un thé peuvent accompagner le repas. Evitez les morceaux de sucre dans le café si possible.

Aliments:

Pain: contrairement aux idées reçues, il est bon de manger du pain (complet, bien sûr!)
OU
Céréales: complètes aussi! Avec du Kefir ou du lait végétal

Garniture (au choix):

    • préférer les fromages pauvres en matières grasses (chèvre par exemple);
    • un peu de confiture ou de miel;
    • jambon cru ou cuit;
    • matière grasse: limiter autant que possible

Fruits: c’est crucial pour l’apport en vitamines et bon sucre > 1 à 2 fruits (de saison, bien sûr).

Mon expérience:

Je dois dire que j’adore le petit-déjeuner, pour sa variété et sa facilité de préparation. Tous les matins, je prends un verre d’eau, un tranche de pain complet au fromage, 1 café et +- 200gr de fruits.

Je déjeune vers 6h. Ce repas me permet de ne pas avoir faim jusque +- 10h. Au fil des heures, je sens qu’il libère son énergie. Je ne ressens pas de somnolence et me sens très alerte. Si je manque de temps, je mange mon crunchy maison avec du lait végétal.

Avec ces quelques conseils simples, vous avez la garantie de prendre un petit-déjeuner équilibré et vous faites le plein d’énergie pour démarrer la journée.

A la veille d’une course, le petit déjeuner est très différent. Je vous en parlerai dans un prochain article.

Tous mes conseils pour manger équilibré sont ici.

PS: Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous recommande cet article du diététicien N. Aubineau.