Pourquoi courir booste l’estime de soi?

Au-delà des bienfaits physiques, le sport en général, et le running en particulier, est un véritable booster mental qui peut influencer votre vision du monde et manière de vivre. Voici pourquoi et comment.

Je cours donc j’existe

Vous l’avez probablement déjà remarqué, quand quelqu’un court, cela se sait. Ce sport a la réputation d’être facile d’accès et en même temps sa pratique semble ardue voire inaccessible pour beaucoup. En général, les non coureurs n’y comprennent rien et trouvent ça bien au-delà de leurs forces (on entend souvent « moi, je ne pourrais jamais »)).  Le coureur suscite donc à la fois d’incompréhension mais aussi  un peu d’admiration et parfois même du respect (on entend parfois « quel courage tu as »).IMG_1025

Etre runner, c’est  donc avoir une sorte étiquette, posséder un label distinctif. C’est appartenir à une secte dont seuls les adeptes comprennent l’intérêt et y trouvent de la motivation. Le coureur possède une sorte de signe identitaire qui le rend un peu « unique ». Conséquence, il existe!  Plus on augmente la difficulté ou les distances plus l’identité est forte.

Se dépasser (un peu ou beaucoup)

Courir, c’est aussi apprendre à fournir des efforts. Seul! Voilà ce qui fait la grande particularité de ce sport. On fixe ses objectifs, on s’entraîne, on progresse, on fait des efforts, on se dépasse. Même si on s’entraîne en groupe, on est seul.

IMG_1348.jpg

Seul face à soi-même. Vouloir progresser en running, c’est apprendre à s’imposer une certaine rigueur d’entraînement et d’hygiène de vie et aimer fournir des efforts.

Progressivement, le cerveau enregistre les progrès et le travail de dépassement de soi
devient une habitude, une norme. Le mental s’habitue a être confronté à des défis et à les réaliser. Au fil du temps, ce processus stimule la confiance (« si j’ai réussi à courir 10km, pourquoi je ne parviendrais pas à en courir 15 ») et invite à poursuivre les progrès pour se dépasser, encore et encore. Cela devient assez vite un cercle vertueux.

Sentiment de fierté

Résultat des courses, le fait d’avoir une particularité et d’avoir appris à se dépasser génère de la fierté. Sans tomber dans la vantardise, un sentiment de satisfaction personnelle s’installe. Plus on franchit des étapes, plus celui-ci grandit pour installer une sorte de plénitude vertueuse. Ca y est vous êtes durablement fier de vous!

sportograf-91194890.jpg

Je ne dis pas que si vous courez 5km toutes les 3 semaines, vous bénéficierez de ces effets mais si vous vous inscrivez dans une logique de progrès, l’effet bénéfique sera au rendez-vous. Le sentiment d’estime de soi sera rapidement en progrès et un cercle vertueux va s’installer rapidement.

Effet collatéral, le sentiment de confiance en soi ne va pas se limiter au sport. Au contraire, il peut irradier sur plusieurs aspects de votre vie: mental, privé, professionnel, relation de couple… A titre personnel, mes progrès sportifs (en ce compris, la perte de poids et le changement d’hygiène de vie) ont énormément stimulé la confiance en mes capacités et je le ressens à tous les niveaux de ma vie. C’est ce qui explique mon credo « Plus fort qu’hier ».

Et vous, quels effets positifs tirez-vous de vos progrès?

6 commentaires sur « Pourquoi courir booste l’estime de soi? »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.