J’ai commencé à courir et me suis découragé(e). Que faire?


Vous aviez commencé à courir mais pour l’une ou l’autre raison vous avez perdu la motivation et vous vous êtes découragé(e). Pas de panique ! Vous êtes loin d’être le/la seul(e) et il y a des solutions pour vous aider à redémarrer.

LIre la suite

La situation est assez classique quand on découvre ce magnifique sport. On est intrigué par ceux qui courent et y trouvent beaucoup de plaisir. On s’y met, on court de temps en temps, on progresse un peu puis, d’un coup, on n’a plus envie… On se force un peu en se disant des phrases du genre « Faut que j’aille courir, ça me fait tellement de bien… » mais ça finit par ne plus être efficace. Résultat : déception, démotivation, et autres termes en « …ion ». Que faire ? What to do ?

panic-button 2

Accepter avec le sourire

Notre cerveau a ses moments de gloire et de faiblesse. Nous sommes tous plus motivés à certains moments et moins à d’autres. La première chose à faire est donc d’accepter la situation sans culpabiliser et sans trop y penser. En l’acceptant, on intègre mentalement le problème plus rapidement. Si on le voit comme un échec, on reste bloqué dessus et redémarrer sera plus compliqué. Mentalement, c’est donc : « Je ne cours plus, et alors ? Je m’y remettrai quand je le sentirai ».

Retour en arrière

Au tout début, quelque chose vous a plu dans le fait de courir. Il faut régénérer cette étincelle. Pour cela, essayez de retrouver ce qui vous motivait et les sensations que vous éprouviez. En identifiant votre motivateur du début, vous êtes sur la bonne voie. Si vous n’en aviez pas (c’est peut-être ça votre problème), c’est le moment d’un trouver un.

Perso, quand je ne suis pas très motivé pour me lever tôt et aller courir, je pense au lever du soleil et à la fraîcheur de la rosée du matin sur mon visage. Ça me donne très envie de ressentir ces sensations et ça me motive.

C’est quoi le problème ?

Ensuite, quelque chose a bloqué. On va chercher à débugger le système. Vous vous êtes lassé(e) (c’est le cas le plus fréquent), vous ne progressiez plus, vous vous êtes blessé(e), vous avez changé de copain/ine ou vos pieds ont subitement grandi… Identifiez votre « démotivateur ». Celui qui a fait que vous n’avez plus ressorti ce short, qui vous allait pourtant si bien. Et identifiant l’élément démotivant, vous allez pouvoir agir pour le contourner.

Nouvel objectif

Repensez à ce qui vous motive dans le sport et fixez-vous un petit objectif à court terme. Pas trop ambitieux (vous ferez le marathon de New-York plus tard) et pas trop limité. A cette période de l’année, l’idée que vous allez bientôt enfiler votre maillot sur la plage peut aider ;-). Sinon, se fixer comme objectif de participer à une course de 5 à 10 km (seul ou à plusieurs) peut vraiment booster la motivation.

L’hygiène de vie (alimentation, sommeil…) forme un excellent duo avec le sport, c’est aussi le bon moment pour (re)prendre de bonnes habitudes et se sentir en super forme.

Varier les plaisirs

En reprenant les sorties running, pensez à vous faire plaisir et surtout en évitant de reproduire les éléments qui vous ont démotivés. La monotonie du rythme de course et du parcours sont, par exemple, très nuisibles. Prenez des nouveaux itinéraires, des chemins que vous ne connaissiez pas, accélérez de temps en temps, essayez des côtes… Bref, suivez vos envies. A ce stade, l’objectif est d’associer running et plaisir. En quelques séances, vous allez très vite renouer avec de bonnes sensations et la machine sera relancée.

Mon expérience :

Version 2Je rencontre ce problème de démotivation 1 à 2 fois par an. Je n’ai juste plus envie de faire de sport. A chaque fois, je me dis que ce n’est pas grave et que ça va passer ,que mon corps a peut-être besoin de repos et que c’est sa manière de me le dire. J’accepte la situation sans m’inquiéter. Au fil des jours, je me sens de moins en moins bien (mentalement et physiquement) et la motivation reprend alors le dessus (généralement après 2-3 semaines). Je m’y remets alors doucement pour retrouver de l’énergie et me sentir mieux. C’est super efficace!

Vous avez d’autres trucs ? Partagez-les en commentaire.

A bientôt,

4 commentaires

  1. Bonjour Jean-Pascal,
    Je dois avouez que je suis étonné de cette article, il a vraiment retourné toute mes croyances ou mes idées perçu de la chose. J’ai toujours pensée que quand on fait une activité régulièrement et que nous tombons dans la phase de baisse de motivation, il fallais être très auto-discipliné et donc se forcer, du coup on ne prend pas de plaisir. Mais je viens de lire tout l’inverse et je vais tester ce que tu dit au plus vite. Je pense sincèrement que ça va être efficace. Merci pour cette article très intéressent. 😉

    J'aime

    1. Bonjour Jean-Pascal,
      Je dois avouez que je suis étonné de cette article, il a vraiment retourné toute mes croyances ou mes idées perçu de la chose. J’ai toujours pensée que quand on fait une activité régulièrement et que nous tombons dans la phase de baisse de motivation, il fallais être très auto-discipliné et donc se forcer, du coup on ne prend pas de plaisir. Mais je viens de lire tout l’inverse et je vais tester ce que tu dit au plus vite. Je pense sincèrement que ça va être efficace. Merci pour cette article très intéressent. 😉

      J'aime

      1. Merci, Baptiste. Ce n’est qu’un sport. Le plaisir doit rester central sous peine de découragement profond ;-). Lâcher prise et faire les choses en douceur devrait te mener sur la chemin de la motivation 😉

        J'aime

  2. Très bel article, oui le plaisir doit rester central je pense lorsque l’on court pour le plaisir et non en élite, voir pro.
    J’ajouterai que pour quelqu’un qui veut débuter en course à pied ou en trail, afin d’éviter la frustration, il est indispensable d’y aller progressivement et régulièrement, c’est à dire de courir plus souvent mais moins longtemps. Il vaut mieux en effet aller courir 2 fois par semaine 30 minutes, plutôt que de se dire je ne vais courir qu’une fois mais 1 heure de temps.
    Débuter la course à pied peut être euphorisant, mais beaucoup de personnes s’arrêtent vite, même après la première séance (j’en ai fait partie !) car on n’y connait rien et on pense qu’on va courir pendant une heure dès le premier jour. Bien sur, on souffre, on se fait mal et on se rend compte que c’est moins euphorisant qu’on le pensait. Du coup, ben la course à pied, ce sera pour plus tard.
    Sinon chez moi, ce qui peut m’apporter une démotivation, voir un découragement, c’est le surentrainement lorsque je n’y prends pas garde. Je me considère toujours comme un débutant ayant commencé à courir il y a environ 3 ans seulement (après 20 ans à ne rien faire). Je cours entre 3 et 4 fois par semaine et j’ai tendance à réduire l’écart entre petites sorties du soir en semaine et sortie longue du weekend, alors que je devrais y aller mollo durant la semaine en faisant des sorties courtes en endurance fondamentale, tranquille. Du coup, j’accumule de la fatigue et je m’étonne que parfois, je crois me sentir bien et dès le début de ma sortie, je me sens plus faible, lourd, moins en forme. Cela joue forcément sur mon mental, je pense régresser ou « ne plus être fait pour ça » et un sentiment de frustration s’installe.
    La récupération, les jours de repos sont tout aussi importants que les jours d’entrainement en course à pied. Ne pas les négliger, sinon on est fatigué sans directement s’en rendre compte et la démotivation arrive sournoisement. Il faut simplement apprendre à écouter son corps, mais ça demande un peu d’expérience.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s