Et mon p’tit coeur dans tout ça?

On ne le voit jamais, on l’entend parfois, on le dit sensible et quand il se manifeste c’est parfois trop tard. Le coeur doit faire l’objet d’une attention particulière. Pour des raisons de santé générale et sportives.

En démarrant la course à pied, je me suis rapidement soucié de mon cœur: allait-il être capable de supporter les efforts, dans quel état est-il, comment le ménager ? N’étant pas médecin, je me suis fait conseiller et documenté sur le sujet. Résumons.

Je débute, je cours d’abord chez mon médecin?

Super, vous avez décidé de vous (re)mettre au sport. Consulter un médecin peut être nécessaire si vous êtes en (fort) surpoids, si vous fumez ou si vous n’êtes pas en bonne santé (si monter 3 escaliers vous essouffle, par exemple). Grâce à quelques exercices simples (réalisés dans son cabinet), il est capable de situer votre forme physique et pourra vous conseiller: perdre du poids avant de commencer, déconseiller certaines disciplines, consulter un cardiologue, accompagnement etc.

Si vous vous sentez en bonne forme, démarrer la course à pied de manière progressive et sans excès devrait se passer sans problème. Voici mes conseils pour démarrer en douceur.

Attention, on n’a pas le même cœur à 20 ans qu’à 40!  Pour être certain de na pas pousser la machine trop loin trop vite, il faut à minima connaître sa Fréquence Cardiaque Maximale (FCM). Même si la méthode n’est pas considérée comme 100% fiable par les médecins, elle donne une indication. On peut la calculer de la manière suivante:

  • Homme: FCM = 220 – âge
  • Femme: FCM = 226 – âge

En ayant cette valeur en tête, vous pourrez suivre et adapter l’effort que vous fournissez grâce à un cardio-fréquencemètre.

Pour progresser, je passe un test à l’effort?

Après avoir passé la phase de démarrage, on a souvent envie d’aller plus loin (au propre, comme au figuré). Pour être certain que le cœur est capable de supporter une augmentation de la charge sportive, il est très conseillé de réaliser un test à l’effort cardiologique (à ne pas surtout confondre avec le test à l’effort sportif, voir ci-dessous). Ce test recommandé à partir de 35 ans. A défaut de détecter un problème, un test cardiologique rassure et fournit des informations précieuses sur la santé du cœur de manière générale.

Test cardiologue.jpg

Muni de capteurs placés sur le torse, on pédale (ou court sur tapis) pendant qu’une machine mystérieuse enregistre toutes sortes de paramètres avant de les recracher sur un électrocardiogramme. Sur base de celui-ci, le cardiologue est en mesure d’évaluer l’état du cœur, sa capacité à supporter les efforts et de détecter d’éventuels problèmes.

Je me suis rendu chez un cardiologue pour faire un test à l’effort lorsque j’ai commencé à faire des sorties de plus d’une heure. Résultat, un très bon cœur et des prédispositions à l’endurance. J’étais rassuré!

Progresser avec son cœur (rho, c’est beau!)

L’amélioration de la performance sportive est intimement liée à celle du cœur. Pour progresser, il faut donc le faire travailler de différentes manières. C’est la raison pour laquelle, en course à pied, on dit qu’il faut varier les allures. En d’autres termes, il faut courir à des vitesses différentes pour solliciter le coeur et le faire progresser de manière efficace.

Pour faire ce travail, il est indispensable de connaître ses paliers. Je m’explique. Tout comme le moteur d’une voiture ne se comporte pas de la même manière à 50 ou 120 km/h, le coeur réagit en fonction de l’effort qu’on lui impose. A bas régime, il peut vous emmener loin et, inversement, à régime soutenu vous courez plus vite. Pour connaître les différents niveaux d’efforts que le coeur est capable de supporter et la manière dont il faut le faire travailler, on peut le soumettre à un test d’effort sportif. Le test se déroule un peu comme chez le cardiologue sauf qu’il n’est pas réalisé par un médecin et que l’objectif est ici d’améliorer la performance sportive. J’en parle en détails dans ce post. Sur base des résultats, on peut construire un plan d’entraînement efficace.

Sans surprise, le cœur donc est le meilleur allié du sportif/coureur. Il faut le ménager pour progresser et rester en bonne santé. Un test à l’effort régulier est conseillé, en particulier si l’on souhaite progresser significativement.

Enfin, parler du cœur, c’est aussi parler d’amour. Alors, pour ceux qui se demandent si l’effort sportif a une influence positive sur la libido, la réponse est oui ;-).

Bon run!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s