Besoin de motivation pour commencer à bouger? Voici le secret

Pourquoi fais-tu tout ça? Où puises-tu ta motivation ? On me pose souvent ce genre de question. J’ai du mal à y répondre en quelques mots. Ce qui est certain, c’est que la motivation est la clé de voûte de tout un processus qui mène au progrès et au dépassement de soi. Je me suis intéressé à son fonctionnement.

Un jour, un déclic ?

Non, je n’ai pas décidé du jour au lendemain de participer à un marathon ni de perdre 15 kg. Pas du tout ! Par contre, un jour, j’ai vraiment décidé de… commencer à m’occuper de ma condition physique et de mon surpoids. Comment ai-je fait pour me motiver ?

C’est un regardant un petit schéma qu’une prof avait fait à mon fils au sujet de la motivation pour étudier que j’ai compris le fonctionnement du mécanisme. On pense souvent qu’il faut que la motivation soit là pour que l’on ait l’énergie pour faire un effort. Erreur. Grosse erreur! La motivation, ça ne tombe pas du ciel. Il faut aller la chercher. Comment? En produisant un premier effort. C’est la partie la plus « difficile ». Je vous entends déjà. Tu nous parles de motivation mais en fait tu nous dis qu’il faut faire des efforts… Rassurez-vous, le reste s’enchaîne plus facilement.

dsc00114

Le premier effort va générer un sentiment de satisfaction. En renouvelant l’opération quelques fois, la motivation commence à s’installer (on se sent mieux, on progresse…). Progressivement, on a envie de renouveler l’effort pour retrouver la sensation de bien-être. Ca y est, le mécanisme s’enclenche !

Effet boule de neige

Ensuite, ça devient plus facile. L’effort devient plaisir car, mentalement, il est associé à un sentiment de satisfaction. Explication. Courir procure du plaisir. Progressivement, on a de plus en plus besoin de retrouver cette sensation de bien-être. Or, pour la retrouver, il faut produire un effort (vous suivez?). Comme par magie, le cerveau va faire abstraction de l’effort à fournir et se focaliser sur le résultat qu’il veut atteindre (le sentiment de bien-être).
img_5464-1Avec la durée, la sensation de plaisir qui fait suite à l’effort gagne en force et l’accoutumance grandit. Le coureur est donc en mesure de faire des efforts de plus en plus importants sans que ceux-ci ne lui semblent difficiles. C’est ce qui explique que plus on progresse, plus on a envie de progresser et de se dépasser.

En résumé, le cerveau est un gros profiteur. Dès qu’il a compris comment il peut ressentir du bien-être/plaisir, il « oublie » que le corps va souffrir pour y accéder.

Vous êtes en panne de motivation pour bouger? N’attendez pas qu’elle vous vienne subitement. Secouez-vous (un peu) pour poser les premiers mouvements et ainsi activer la belle mécanique positive de la motivation. Energie et résultat garantis !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s